Vampire Knight : The Curse

Dans ce RPG portant sur Vampire Knight, vous trouverez de nouvelles castes : de nouveaux ennemis, dissimulés dans l'ombre se préparant à une nouvelle Guerre des Clans. Réservé aux plus de dix-huit ans.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Pardon, je t'aime

Aller en bas 
AuteurMessage
Zero Kiryu
Admin
avatar

Masculin Emploi/loisirs : Etudiant / Hunter

MessageSujet: Pardon, je t'aime   Ven 19 Oct - 21:47

Depuis l'autre soir au bar, Zero n'avait cesser de cogité à propos de l'histoire avec Nana. A vrai dire sa rencontre avec cette femme level e et l'humain dont il c'était occuper lui avait permis de ce rendre compte de certaines choses.
Il ne pouvait plus rester dans le silence et il devait parler à la brune même si leurs relation ne s’améliorerait pas, au moins il aurait essayer et lui aurait dit ce qu'il avait sur le cœur.
Mais lui parler serait compliquer, car il savait pertinemment que dire ces sentiments n'était pas son fort.

Aussi, il ce posa à son bureau et ce décida à lui écrire une lettre.


Ma chère Nana,

Sur ce papier blanc, je voudrais te parler, te dire ce que ma voix n'est pas capable d'exprimer car depuis la mort de mes parents, j'ai peur de m'attacher aux gens et de finir par les perdre.
Ce que je fais royalement bien avec toi puisque qu0une fois face à toi, je rentre dans la provocation et je fini par faire n'importe quoi. Tous comme ce soir là, qui nous à marqué.

Certainement que tu dois penser que je suis insensible mais ce n'est pas le cas. La mort de cette homme m'a profondément marquer et je sais que jamais je ne pourrais oublier son nom, malgré le fait que je ne le connaissais pas. Seulement, vois-tu quand je vis une situation stressante, j'ai ce besoin de pouvoir me raccrocher à n'importe quoi d'autre de positif pour ne pas perdre pied. Et je crois que ce soir la, c'est toi qui était sans le savoir, ma bouée de secoure.
Ton comportement face à la situation m'a mis du bôme au cœur parce que je sentais que tu avais confiance en moi, assez pour risquer de te salir, du moins de ton point vue.
Parce que la situation est un peu plus compliqué qu'il n'y parait et même si je voudrais pouvoir t'expliquer les choses, il me l'es interdit parce que je ne suis pas le seul concerné. Mais un jour, je te dirais la vérité.

Je voudrais aussi profiter de cette lettre pour te demander pardon pour mon attitude de l'autre soir. Tu avais raison, elle était déplacée. je n'ai pas d'excuse mais sur le moment, je n'ai pas penser à mal. Je crois que je me suis laisser emporter par un instant de folie, peut-être parce que quand je suis face à toi, je ne répond plus de rien. Pour être honnête je me fait peur et j'aimerais pouvoir agir autrement mais je n'y arrive pas. Tous comme je ne parviens pas à t'oublier.
Je rumine dans ma chambre ou je pars en ballade avec With Lili mais tu es toujours dans mes pensées. Peut-être suis-je devenu fou, je ne le sais pas. Mais je sais que je suis néfaste pour toi parce que je risque te faire encore souffrir. Et sa je ne le veux pas, je ne pourrais pas me le pardonner.

Et pourtant malgré sa, aujourd'hui je prend le risque de t'écrire, le risque parce que j'ai besoin de toi. J'ai d'ailleurs à nouveau envi de te voir.  Alors, je crois que je vais te porter moi même cette lettre et peut-être pourrais-je être apaiser en voyant ton doux visage endormi.

S'il te plait, lis ma lettre, viens me parler ou m'engueuler mais ne reste pas muette. Tu me manques Nana.

Zero Kiryu



Une fois sa lettre terminée, il la mit dans une enveloppe, y ajoutant une petite boite qui contenait un petit bracelet avec l'inscription: L'espoir fait vivre

Puis il sortit discrètement des appartements du directeur pour ce rendre dans le pavillon de la day class. Puis il ce faufila en direction de la chambre de la jeune fille. Il savait qu'elle était seule ce soir mais ignorait si elle dormirait ou non. Alors il écouta un instant à la porte.
N'entendant aucun bruit, il ce risqua à entrer sans allumer la lumière. Puis il s'approcha du lit, ou la brune était allongée.
La il l'observa un moment sans parvenir à savoir si elle dormait réellement ou pas mais il sentait l'odeur de son parfum et entendait son cœur battre.
Qu'il était dur de résister face à une tel scène mais il c'était promis de le faire car il ne voulait pas reproduire son erreur de la dernière fois. Alors il s’assit sur une chaise non loin et ce mordit un peu la lèvre avant de parler.

Zero: Je ne sais pas si tu m'entend mais j'avais besoin de te voir. Depuis cette histoire, je m'inquiète pour toi et....

Il ne parvint pas à terminer sa phrase alors il ravala sa salive avant de poursuivre

Zero: je t'ai écris une lettre parce que sa m'évitera de dire des âneries. Et puis....je te devais des excuses....alors....Pardon d'avoir mis le temps à me décider de venir, pardon de ne pas avoir été là...je croyais que...c'était le mieux et je me trompais...parce qu'ont a qu'une vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ôsaki Nana
Admin
avatar


MessageSujet: Re: Pardon, je t'aime   Jeu 8 Nov - 13:59

Nana avait passé une journée épuisante. Les autres membres de Earthquake et elle avaient travaillé sur de nouvelles chansons : celle qu’elle avait écrite et une autre de la main de Grigori. Or, cette dernière était en Russe et la demoiselle devait en apprendre les paroles, ce qui ne s’avérait guère aisé, puisqu’elle ne maîtrisait pas du tout cette langue. Et malgré le fait que le bleuté lui avait traduit les paroles afin qu’elle puisse les comprendre, ce n’était pas pour autant qu’elle parvenait à les mémoriser rapidement.

Lorsque le Sibérien lui avait remis la portée avec les paroles – retranscrites en des caractères qu’elle savait lire – et leur signification en Japonais, la punkette avait tiqué : son ami se servait de ce morceau pour exprimer ce qu’il ressentait depuis quelques semaines. Même si elle avait tâché de se comporter normalement depuis la nuit fatidique où elle s’était rendue en ville avec le chargé de discipline, la brune n’était pas vraiment douée pour cacher ses sentiments et ses camarades avaient remarqué que quelque chose clochait chez elle. Elle n’avait aucunement voulu les blesser, pourtant elle s’était aperçue que son silence leur pesait. Ils avaient tenté de lui tirer les vers du nez, mais elle avait simplement pu leur répondre qu’elle avait promis de garder le secret.

À cela, le bassiste lui avait lancé un regard qu’elle n’avait su interpréter. Que pouvait-il savoir de cette affaire ? Certes, elle savait qu’il était parti en ville pour la chercher ce soir-là. Toutefois, il ne l’avait pas trouvée et ne pouvait donc savoir ce qui s’était produit. À moins qu’il n’ait également épluché la presse locale après les événements et ait fait le lien entre les funérailles de l’homme qui était mort et l’escapade solitaire de la chanteuse, l’autre jour ?

La répétition avait duré jusqu’au crépuscule et une fois rentrée au dortoir, la jeune fille avait terminé ses devoirs pour le lendemain avant de se replonger dans la musique, faisant de son mieux pour retenir les paroles en Russe, les chantant à mi-voix afin de ne pas déranger les occupants des chambres voisines. Il était plus de minuit lorsqu’elle décida enfin d’aller se coucher. Après s’être démaquillée, elle se rendit à la salle de bains de l’étage qui était réservée à la gent féminine et se doucha. Cela fait, elle enfila une nuisette noire et retourna dans sa chambre avant de se glisser dans les draps. Malheureusement, malgré la longue journée qu’elle venait de passer, elle ne parvint pas tout de suite à trouver le sommeil.

Elle ne réussissait pas à oublier ce qui s’était passé l’autre nuit, que ce soit dans ce bar ou avec Zero. Lorsque ce dernier était revenu en cours, Nana avait repensé à ce que lui avait conté ce sinistre con de Kuran. Elle avait hésité quelques jours avant de tenter de discuter avec l’argenté, puis elle avait fini par se lancer. Seulement ce crétin lui avait répondu qu’il gérait et qu’elle ne devait pas se faire de souci. À aucun moment il n’avait daigné la regarder dans les yeux. Il avait semblé souhaiter se trouver n’importe où, sauf avec elle. Au vu de son attitude, elle avait conclu qu’il n’avait aucune intention d’évoquer le sujet avec elle. Et pour cela, elle lui en voulait. Après tout, ils s’étaient promis que les événements en question demeureraient leur secret ; la demoiselle ne pouvait donc se confier qu’à lui. Comment osait-il la priver de cela ? D’autant plus que sa rencontre avec le président de la Night Class soulevait des questions auxquelles elle aurait aimé avoir des réponses.

Cela lui avait rappelé ce que lui avait dit le chargé de discipline, ces inepties à propos de vampires. Ces histoires ne pouvaient être réelles. Pourtant, le comportement du brun s’était révélé étrange, comme si ce type avait été doté de capacités hors du commun. La punkette y avait réfléchi longuement sans trouver la moindre explication plausible. Aussi, comment Kaname avait-il pu savoir que l’argenté s’était trouvé précisément lié à cette affaire si ce dernier avait tenu parole ?

Après sa brève entrevue avec Zero, la chanteuse n’avait plus essayé de parler avec celui-ci. Et de son côté, il n’avait pas non plus cherché à nouer le contact. La fille de yakuza posait par moment ses prunelles sur lui durant les cours. Mais cela n’allait jamais plus loin. Bien que le désir qu’elle avait éprouvé pour le jeune homme – et qui la reprenait encore parfois – lui revienne fréquemment en mémoire, elle ne se demandait plus ce qui serait advenu, si elle avait cédé à ses assauts. Plus que jamais, elle était certaine d’avoir fait le bon choix en le repoussant.

La fatigue finit par emporter Nana dans le sommeil. Néanmoins, celui-ci fut interrompu : dans ses sombres songes, la demoiselle perçut une voix. Comme un écho dont les mots lui paraissaient inintelligibles. Au bout d’un instant, elle parvint à distinguer quelques termes et à reconnaître ce timbre : celui du garçon aux iris améthyste.

Tu croyais vraiment que c’était mieux qu’on reste chacun de notre côté à ruminer ce qui s’est passé ? bougonna-t-elle en s’éveillant. Bon sang, mais qu’est-ce qui tourne pas rond chez toi ?

Elle se redressa et alluma la lampe de chevet.

Et pourquoi tu viens me voir en plein milieu de la nuit, dans ma chambre, plutôt qu’en journée ? interrogea-t-elle. Heureusement que j’ai reconnu ta voix, sinon je t’aurais envoyé le premier truc qui me tombait sous la main à la gueule !

La punkette prit quelques inspirations afin de se calmer un peu ; du moins, d’essayer. Le hunter et elle devaient mettre pas mal de choses à plat ; et si elle lui sautait à la gorge avant de commencer, ils n’iraient pas bien loin.

Il faut qu’on cause de ce qui s’est passé dans ce bar, puis dans le parc… Mais d’abord...

Elle saisit le jeune homme par le col et rapprocha son visage du sien.

Comment Kuran a pu savoir, alors qu’on s’était promis de garder ça pour nous ? demanda-t-elle en s’efforçant de ne pas trop élever la voix.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Pardon, je t'aime
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» DE GABRIEL BIEN AIME A MARC BAZIN LES PRIMAIRES SANG UN CONSEIL ELECTORAL !e
» FLASH,ALIX FILS-AIME KITE BATO A
» [Inutile] J'aime / J'aime pas
» Une musique que j'aime bien....
» Quand on s'aime, même en virtuel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vampire Knight : The Curse :: Jeu de rôle :: Academie Cross :: Le pavillon du Soleil-
Sauter vers: