Vampire Knight : The Curse

Dans ce RPG portant sur Vampire Knight, vous trouverez de nouvelles castes : de nouveaux ennemis, dissimulés dans l'ombre se préparant à une nouvelle Guerre des Clans. Réservé aux plus de dix-huit ans.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Première rencontre, une nuit sombre

Aller en bas 
AuteurMessage
Hiroki Fujimoto
Admin
avatar

Masculin Emploi/loisirs : Etudiant / Chanteur

MessageSujet: Première rencontre, une nuit sombre   Dim 20 Mai - 23:14

Minuit venait de sonner, cette nuit était très sombre et seul la lueur de la demi lune éclairait une partie du terrain de la Cross académie.
Le son d'un hibou ce faisait entendre du haut d'un arbre et sous le toit ont pouvait voir voler quelques chauve-souris mais lorsqu'une grosse voiture, du type limousine s'arrêta dans la nuit, le bruit du hennissement des chevaux ce fit entendre. Puis quelques secondes plus tard, un silence absolu dans la cours.
Une silhouette fine avec des cheveux tombant au épaules ouvrit le portail. Sa démarche était élégante mais plutôt cool et l'odeur qui émanait dans l'aire était celle d'un parfum luxueux au senteur plutôt vanillée avec un brin de piquant.
L'homme tenait un téléphone à son oreille et un micro dans l'autre et la voie qui ce faisait entendre était celle de quelqu'un de joyeux.

- Waouw ont a vraiment vendu 9091 places. Ce concert était vraiment génial, j'en ai encore la chaire de poule. Surtout quand tous ces gens ce sont mis à allumer les briquer et à chanter avec moi la balade. C'est fou, tous le monde pleurait à la fin du concert et pourtant une fois le rappel fini ont est tous partit en fou rire avant de terminer avec la photo finale. J'espère l'avoir rapidement, pour l'accrocher dans ma chambre.
Oui, je sais, j'en ai déjà mis de l'Europe, de la Chine et des states. Et celles du Japon son classées, je sais ...Mais bon si tu as voulu que je prenne la chambre de 50m carrer, tu savais très bien pourquoi.
Promis, je mettrais notre photo au dessus de mon lit.

Téléphonant en marchant, le chanteur s'arrêta en chemin, remarquant la présence d'une personne dans les jardins. Puis il regarda autour de lui avant de remarquer un jeune homme un peu plus loin. Celui-ci semblait attendre quelqu'un et les battements de son cœurs indiquaient qu'il semblait un peu stresser. Ce qui intrigua l'argenté.

- Sa marche ont ce voit demain et dimanche ont passe la journée au lit. Moi aussi, je t'embrasse.

Dit-il avant de raccrocher son téléphone et de le ranger dans la poche du long manteaux en velours noir qu'il portait. Un manteau de couturier haute gamme, orné de broderie et de boutons en argents représentant des croix.  Et d'une ceinture faite de trois chaines relié par un beau cuire noir et d'autres motifs de croix.
Une fois fait, le jeune homme s'avança plus loin dans le jardin pour rejoindre l'autre personne, lui faisant un petit signe de la main en guise de salutations.

- He salut, Tu es un élève de la day class, c'est sa ? Il me semble t'avoir déjà aperçu au loin lors des changements de class.

Une fois à quelques centimètre de lui, il lui souri puis le regarda avec curiosité. A vrai dire, le chanteur adorait observait le style vestimentaire et la carrure des gens.

- Je m'appel Juka, je suis en night class. C'est cool de rencontrer des gens de l'autres class. Dommage qu'il faille que sa soit la nuit et en douce. Enfin...

Il haussa les épaules d'un aire résigné puis ce frotta un peu la tête avant d'afficher un aire un peu gêner.

-  Excuse-moi de te poser cette question, je ne voudrais pas paraitre indiscret mais es que tu attends quelqu'un ? et es que tous vas bien ? Tu as l'aire un peu stresser et...hum enfin je sais que certains élèves font le mur de temps en temps alors.. hum.. je me demandais si sa avait un rapport ?
T'inquiète, je compte pas cafeté. Ont est jeune et puis ont à bien le droit de s'amuser. C'est juste que en voyant ta tête sa m'inquiète un peu pour le coup.

Hiroki connaissait très bien la problématique des level e qui rodaient en ville sans parler des soucis humains comme les voyou ou autres qui pouvait poser problème. Aussi, il n'avait pas vraiment envie d'apprendre qu'un camarade de l'école ai eu des ennuis pendant la nuit et que personne ne soit intervenu. Alors quitte à paraitre un peu trop indiscret il avait préféré poser la question.
Cependant, il ne savait pas comment son interlocuteur allait le prendre car après tous les deux hommes ne ce connaissaient pas et avec les rumeurs qui trainaient sur la night class cela serait surement quitte ou double.
Au pire, il ricocherait sur un autre sujet, cela détendrait l'atmosphère ou il irait ce jeter contre un arbre tête la première pour avoir manquer de discrétion. Mais cela serait dommage car son interlocuteur risquait de le prendre pour un fou.  Alors finalement, il attendit sa réponse tranquillement, en sortant un paquet de cigarette de sa poche et en tendant celui-ci au blond.

- Je ne sais pas si tu fume mais, si tu en veux, serre toi.
Moi je trouve que sa détend d'avoir quelque chose dans la bouche et puis au moins sa ne fait pas grossir.
Hum pas que tu sois gros hein... En faite, tu es plutôt baraqué mais bien foutu. Tu fais du sport ?

Enchaina t'il en posant une main sur le bras de Grigori pour toucher ces muscles, en y allant doucement car il avait un peu peur de lui faire mal si il osait ce laisser aller comme à son habitude avec les vampires. Les humains étaient fragiles, ce rappelait il de ces années d'école et un simple geste brusque pouvait vite avoir des répercutions. Alors l'argenté avait prit l'habitude de frôler plus que de toucher vraiment. Ce qui pouvait aussi ce trouver très érotique dans certaines situations.
Mais aujourd'hui, il fut plutôt surprit par le tonus musculaire de son nouveau camarade. Au moins, il ne risquait pas de le casser comme une jeune fille.

En pensant à cela, il ce demanda si Yuki aussi était si fragile puis il ce mit à rire en imaginant une scène entre elle et Kaname dans un lit. Car il n'était pas difficile à comprendre que la jeune fille perturbais le brun plus que de raison et si les autres de la night avaient décider de ne pas en faire tous un plat publiquement, ils ne s'en genaient pas en privé. Alors que Juka avait décider de jouer franc jeux avec Kaname, du moins lorsque tous deux étaient en privés. Et puis a quoi bon mentir à un mec qui sait tout quand il le veut ? Du moins c'est ce que ce disait l'argenté.

- Excuse-moi, tu dois me trouver étrange. Je pensais juste à une connerie mais ne fait pas attention, sa n'a rien à voir avec toi. Au fait, tu es un ami de Yuki Kurosu, la fille du directeur ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grigori Jourovski

avatar


MessageSujet: Re: Première rencontre, une nuit sombre   Sam 26 Mai - 23:45

Grigori faisait les cent pas dans les jardins de l’académie, faisant tourner un bâton qu’il avait ramassé sur la pelouse entre ses doigts et tâchant d’éviter de se faire pincer ici à son tour. Il attendait le retour de Nana depuis déjà un moment et se demandait ce qu’elle pouvait bien fabriquer.

Lorsque son téléphone avait sonné au studio, il s’était douté que la brune n’avait pu faire son aller-retour à l’académie comme prévu et il ne s’était donc pas étonné plus que de raison. Après tout, à force de sortir en douce le soir, il s’était avéré plus que prévisible qu’un chargé de discipline finirait par prendre l’un d’eux en flagrant délit. En revanche, le Russe ne s’était pas attendu à ce que son amie l’appelle et lui parle comme si elle avait quelqu’un d’autre au bout du fil ; cela dit, cela s’était révélé une bonne idée car, ainsi, la demoiselle avait pu prévenir le reste du groupe.

Au départ, le bleuté n’avait guère compris pourquoi la chanteuse divaguait au sujet de l’Australie et il avait supposé qu’elle s’était peut-être trompée de numéro.

Hein ? C’est pas Tatsuya... avait-il fait remarquer.

Malgré cela la demoiselle avait continué son speech.

Euh… la capitale, c’est Camberra… et c’est pas vraiment à côté de Sydney, je crois... avait-il répondu, ne saisissant toujours pas où la jeune fille voulait en venir.

Puis elle avait mentionné Zero et la voix de ce dernier avait retenti. Grigori avait alors dû s’empêcher de rire en constatant que cette comédie avait pu fonctionner avec le chargé de discipline, alors que celui-ci aurait pu deviner la supercherie en jetant un coup d’œil à l’écran du mobile. Le Sibérien n’avait pipé mot, sachant que l’argenté reconnaîtrait le son de sa voix. Alors, il avait raccroché et donné les dernières nouvelles aux autres membres du groupe.

Après cela, ils s’étaient tous mis en route pour l’académie, puisqu’ils ne pouvaient répéter sans Nana. Puis, lorsqu’ils étaient arrivés, le bassiste avait annoncé à ses amis qu’il attendrait la demoiselle et leur avait dit d’aller au dortoir ; il n’était pas nécessaire qu’ils risquent tous de se retrouver dans le bureau du directeur.

Le jeune homme faisait le pied de grue depuis une bonne demi-heure et toujours pas l’ombre de sa camarade. Que pouvait-elle bien foutre avec l’argenté ? En tout cas, une chose semblait certaine : avant d’aller voir Kurosu, ces deux-là avaient fait un détour en ville ; le bleuté avait entendu des bruits de circulation qui en attestait durant la conversation téléphonique. Pourquoi Zero avait-il emmené la punkette hors de l’académie, alors que son rôle était justement d’empêcher les élèves de sortir de leur dortoir à des heures indues ? Cela n’avait aucun sens !

Grigori regarda son portable. Il était déjà minuit. Heureusement qu’il ne s’avérait pas frileux ; autrement, il aurait souffert de la morsure du froid de cette nuit hivernale. D’autant plus qu’il n’arborait qu’une simple veste de cuir par dessus sa chemise.

Plusieurs fois, le Russe avait tenté de joindre la brune. Seulement, elle n’avait pas décroché, ni répondu aux messages qu’il lui avait envoyés. Cela cachait quelque chose, mais quoi ? On pouvait s’attendre à tout avec cette fille. Elle avait beau qualifier le chargé de discipline de rabat-joie de service, il n’aurait guère été surprenant qu’elle finisse par sortir avec lui. À vrai dire, le bleuté se posait des questions sur elle. Pourquoi parlait-elle si peu de sa famille et de sa vie à Akita ? Durant les vacances d’été, il avait proposé de lui rendre visite dans sa ville natale et elle avait décliné l’offre en utilisant un prétexte bidon. Il lui en avait voulu. Toutefois, sa rancœur s’était apaisée lorsqu’il s’était rendu compte qu’il se montrait injuste car lui aussi gardait un secret.

Le hululement d’un hibou retentit non loin, sortant le Sibérien de ses pensées. L’oiseau fit entendre son chant nocturne pendant un moment, comme s’il appelait l’un de ses congénères. Mais, tout comme le jeune homme, il ne paraissait pas recevoir de réponse.

Une voiture arriva près de l’académie. Espérant voir enfin Nana rentrer, Grigori dirigea son regard vers le portail. Il nota le silence soudain des animaux – comme si ceux-ci avaient repéré un prédateur – et sentit cette aura étrange que dégageaient les élèves de la Night Class. Qui était-ce ? Aucune importance. Le bassiste ne fréquentait pas ces adolescents ; tout simplement parce que tout était fait pour limiter les contacts entre ceux qui se vêtaient de noir et ceux qui arboraient la tenue couleur de neige.

Poussant un soupir, le Russe fit comme s’il n’avait pas remarqué le nouveau venu ; après tout, il ne le connaissait pas et si celui-ci avait croisé Nana et Zero, il les aurait ramenés avec lui. En revanche, le jeune homme qui était sorti du véhicule n’agit pas de la même manière et s’approcha de lui.

Salut, dit Grigori avec l’accent de son pays natal. Je suis dans la Day, mais je reste pas dans le coin pour le changement de classe.

Il avait autre chose à faire de ses soirées et d’après ce qu’il avait ouï dire sur le sujet, l’événement semblait plutôt pathétique.

La manière qu’avait son interlocuteur de le regarder, comme s’il le jaugeait, déplut au bleuté. Celui-ci fronça les sourcils.

J’ai une tache, ou quoi ?

Demandant cela, il conserva un ton égal. L’élève se montrait peut-être désobligeant, ce n’était pas une raison pour risquer de le blesser. Et puis, qui savait s’il n’était pas tout bêtement curieux de rencontrer un adolescent issu d’une culture différente ?

Grigori, informa ce dernier.C’est vrai et c’est bizarre qu’on fasse tout pour que les deux classes se croisent le moins possible.

Était-ce lié à ce que ressentait le bassiste lorsqu’un adolescent en blanc se trouvait dans les parages ? Le jeune homme aurait bien posé la question. Toutefois, il s’en abstint car cette interrogation en soulèverait une autre chez l’argenté qui lui faisait face ; et il ne fallait surtout pas que le secret du bleuté soit révélé. Il n’avait aucune envie de devenir un monstre de foire.

Ouais… Tu as pas vu Zero ? Il est parti en ville avec une amie et le temps commence à être long.

Inutile de parler nommément de Nana, de toute façon son interlocuteur ignorerait de qui il s’agissait. Quant à ce que la jeune fille pouvait bien fabriquer avec le chargé de discipline, que Juka s’imagine ce qu’il voulait.

Le Russe hocha la tête dans un signe de remerciement envers l’autre garçon et prit une cigarette. Puis il sortit son briquet et le tendit à celui-ci. Il lui aurait bien rétorqué qu’il racontait des conneries à propos de la clope, mais cela n’aurait servi à rien ; surtout que le Sibérien fumait aussi.

Celui-ci compris que l’élève de la Night Class avait un penchant pour la gent masculine et se sentit quelque peu mal à l’aise lorsque les doigts de celui-ci se promenèrent sur son bras.

Est-ce que tu peux retirer ta main?, demanda-t-il d’un ton posé.

Que l’argenté soit homosexuel ne le dérangeait aucunement. Seulement, l’idée de se faire draguer par un homme ne lui plaisait pas beaucoup.

Karaté, répondit-il en opinant du chef.

l aimait encore moins que l’on rie de lui. Il dut prendre sur lui pour ne pas s’énerver en constatant l’hilarité de son vis-à-vis. Toutefois, il ne s’était pas attendu aux paroles de ce dernier, qui lui firent oublier son courroux.

Yuki ? Qu’est-ce qu’elle vient faire là ? questionna le bassiste, surpris.

Il tira une bouffée de tabac, manipulant toujours son bâton de l’autre main.

On peut pas franchement dire ça, mais pourquoi tu demandes ?

Il ne mentait pas, puisqu’il ne parlait pas souvent avec elle. Et bien qu’il ait une bonne opinion de la demoiselle, cela ne signifiait pas que la réciproque était vraie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hiroki Fujimoto
Admin
avatar

Masculin Emploi/loisirs : Etudiant / Chanteur

MessageSujet: Re: Première rencontre, une nuit sombre   Mer 30 Mai - 15:19

En entamant la conversation avec le jeune homme de la day class, Juka ne c'était pas attendu à ce que ce dernier semble si méfiant avec lui.
A vrai dire les autres humains qu'il avait fréquenté lui parlais normalement mais la, il y avait autre chose.
Peut-être cela venait-il de leurs différences quand aux classes distinctes mais mis à part cela, il ressentait également une drôle d'impression vis à vis de ce garçon. Comme si celui-ci n'agissait pas normalement avec lui.
Pourtant, cela ne devrait pas être le cas en temps normal.

- Non, ton ensemble est bien.

Dit-il tranquillement, d'un aire amusé, tous en s'aventurant à jouer avec la veste de Grigori.

- J'aime bien ta veste. Elle te donne un côté bad boy. Je suis sur que sa doit plaire aux filles.

Lança t'il naturellement comme si son comportement était des plus logique au monde.
Il fallait dire qu'avec son travail, le look était important et le jeune homme aimait bien y prêter attention sans que cela ai de connotation ambigüe.

La remarque de Grigori sur le fonctionnement de l’académie fit comprendre au chanteur que ce dernier avait du ce poser des questions sur le sujet. Ce qui confirmais son impression étrange vis à vis de ce garçon et éveillait sa curiosité.
Mais il allait devoir la jouer fine car il ne pouvait pas révéler le secret de son espèce sans que cela ai des répercutions. Et celles-ci il ne les connaissaient que trop bien pour avoir envi de tester.

- Ah tu trouves ? Je sais que nous n'avons pas les même horaires et il est vrai que certains élèves de ma class pensent ne pas avoir à fréquenter des personnes moins caler en cours qu'eux. Il faut dire, qu'ils ont été éduquer avec un certain taux d'orgueil.

Il s'adossa tranquillement contre un arbre, jouant un peu avec les branches qui était à sa hauteur. Affichant un aire tranquille qui ce voulait rassurant.

- J'avoue que leurs réactions me fait un peu rire. Ont ne peut pas juger une personne sur ces capacité intellectuels, sa beauté ou ce genre de choses. Parce que chaque personne est unique et a ces propres qualités et ces propres défaut peut importe son rang social. Personnellement, je crois que si ont veut tirer le meilleure d'une personne c'est en l'encourageant qu'ont y parvient et pas en la dénigrant.
Enfin, je suppose qu'eux aussi ont subit ce genres de critiques pour en arrivé la et sa me fait de la peine pour eux car finalement c'est que quelque part ils en souffre encore si ils n’agissent de la sorte.


Il ce disait que c'était vraiment dommage de ne pas pouvoir passé du temps avec les humains et apprendre de leurs fonctionnement au lieu de devoir ce mettre à l'écart. Et puis lui aimait bien les humains, tous comme il aimait les vampires et peut important le rang de chacun. A vrai dire, il préférait ce fier à la relation qu'il développait individuellement avec chacun. Bien qu'il était également conscient qu'en temps que vampire mieux valait éviter de ce retrouver trop proche physiquement d'un humain qui nous attirait afin de ne pas commettre de bêtises.

- Hum Zero....non, je ne l'ai pas vu. C'est étrange qu'il soit aller en ville et encore plus avec une fille de votre class alors que le règlement l'interdit et qu'il est sensé le faire respecter. Et puis en général Zero est un mec sensé en ce qui concerne le règlement. Je me demande si il n'y a pas eu un soucis, sa ne me plait pas trop.

Il regarda sa montre, constatant qu'il était tous de même tard.  

- Je crois qu'ont ferait bien d'aller faire un tour en ville pour voir si ont les trouves.


Pourvu qu'il ne soit rien arrivé à cette fille de la day class et que Zero n'ai pas péter les plombs, ce dit Juka. Car il fallait dire que la transformation qui attendait le chargé de discipline pouvait le conduire à commettre des actes qu'il risquerait de regretter par la suite. Une chose que le chanteur espérait ne pas voir arriver.

- Pour Yuki, je sais que ma question a du te paraitre bizarre. C'est seulement qu'ont entend pas mal parler d'elle et au final ont ne la connait pas en dehors des changements de classe. Alors j'étais curieux de savoir comment elle pouvait être. Enfin, je suppose que dans votre classe aussi certains élèves doivent ce posé des questions sur nous. Mais finalement, es qu'ont est si différent les uns des autres ? Ne voulons nous pas tous trouver le bonheur à notre façon ?


Lança t'il simplement avant de faire un petit sourire qui cachait un fond de tristesse car il était bien conscient que le chemin pour améliorer les choses allaient être encore loin et que certainement il ce montrait trop idéalise. Mais peut importait, il ne voulait pas faire semblant, lui aussi avait connu la douleur de ce sentir différent et d'être mis à l'écart. Alors il ne ferait pas pareil avec les autres, il n'en était pas question et peut importait le rang et le rôle qu'il était sensé tenir dans l'esprit de ces semblables et notamment de Kamijo  Au moins dans cette académie il pouvait être lui même et ce sentait libre. Un sentiment qui n'avait pas de prix.

- Allé vient, ont va faire un truc pas trop réglementaire mais bon au moins ont perdra pas de temps.

Sur ce  il partit en direction du garage. La il s'approcha d'un des box et sortit une moto de celui-ci.
Attrapant les casques, il en lança un à Grigori avant de mettre le sien et de grimper sur le bolide.

- Tien met sa et grimpe derrière moi. J'ai mon permis t'inquiète pas.


Il attendit que Grigori ce décide, prêt à démarrer.[/b]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grigori Jourovski

avatar


MessageSujet: Re: Première rencontre, une nuit sombre   Ven 17 Aoû - 23:51

Grigori ne répondit pas au sujet de sa veste. Il l’avait achetée parce qu’elle lui plaisait, aucunement pour séduire les filles. Certes, il avait eu plusieurs petites amies et était parfois allé jusqu’aux rapports charnels avec celles-ci, toutefois il ne cherchait pas vraiment à collectionner les conquêtes. Aussi, le bleuté n’avait aucune intention de parler chiffons ; le sort de la punkette le préoccupait.

Il rit en entendant parler de l’orgueil de certains élèves vêtus de blanc.

J’en connais une qui se dirait qu’elle a raison de croire que ceux de la Night pètent plus haut que leur cul, dit-il.

Il fallait avouer que Nana ne s’était pas trompée, du moins pas au sujet de tous les adolescents concernés par cette opinion. Pourtant, la chanteuse, elle-même, ne manquait guère de fierté.

Cela dit, reprit le Russe avec un ton plus sérieux à propos de l’autre classe, ça reste bizarre qu’on leur passe un caprice comme ça, surtout, que ça vous pourrit votre rythme de vie à tous. Et puis, c’est pas comme si on était des pestiférés qui allaient vous contaminer ; on a juste un niveau normal.

Quelque chose clochait avec cette histoire d’élèves sur-doués ; ce n’était pas comme si la Day classe ne comptait aucun adolescent plus intelligent que la moyenne. Le bassiste aurait pu s’étendre sur le sujet avec son interlocuteur, d’autant plus qu’il s’était un brin détendu lorsque la discussion avait dérivé là-dessus. Néanmoins, l’instant était plutôt mal choisi pour cela.

Enfin, c’est pas vraiment le moment de philosopher ou de discuter de la Night, déclara-t-il.

L’autre garçon semblait détourner la conversation vers un nouveau propos et Grigori ne se s’avérait pas enclin à suivre. Celui-ci s’inquiétait pour son amie et n’avait donc pas le temps de débattre sur les principes d’éducation ou sur la vie qu’avaient pu avoir les élèves de la Night Class.

Je trouve aussi que c’est bizarre que Zero fasse ça ; faut croire que Nana a réussi à l’embobiner. Mais bon, ça fait un bout que j’attends qu’ils reviennent à l’académie et de joindre ma pote ; et toujours rien. Il y a baleine sous caillou.

Cette histoire sentait mauvais. La punkette savait éviter les problèmes lorsqu’elle sortait la nuit ; les yakuza du coin ne venaient jamais lui chercher des poux et elle n’avait visiblement pas peur d’eux. Le bleuté ignorait pourquoi, cependant lui non plus n’avait jamais eu de problème avec les gangsters et il semblait que c’était aussi le cas pour les autres membres du groupe.

Ouais, je crois que ça sera mieux que de rester là, les bras croisés, répondit-il.

De toute façon, il ne tenait plus en place. Il en avait assez de se demander ce qui avait pu arriver à la chanteuse et au chargé de discipline. Et s’il découvrait que ceux-ci traînaient parce qu’ils se bécotaient, il ne savait à qui il tirerait les oreilles en premier. Depuis une heure, il se faisait un sang d’encre pour sa camarade, donc s’il n’y avait aucune bonne raison pour que celle-ci soit restée en ville avec Zero, cela lui resterait sûrement en travers de la gorge. Ce n’était pas comme si répondre à son putain de téléphone relevait de l’exploit, ni comme s’il n’y avait pas moyen de trouver un coin tranquille dans l’académie pour passer un peu de bon temps à l’abri des regards !

Faisant toujours tournoyer son bâton entre ses doigts, le Sibérien tira une nouvelle bouffée de tabac. La colère qui avait commencé à monter en lui quand l’autre musicien avait ri se calmait peu à peu.

Ben, Yuki est une gentille fille, toujours prête à rendre service, répondit le Russe. Et puis, même si il y a pas mal de filles de Day qui la détestent parce qu’elle peut facilement approcher les mecs de la Night, elle continue de faire son boulot avec le sourire ; elle encaisse pas mal, mine de rien. Je me dis qu’il faut pas mal de cran pour ça.

Une fois sa cigarette terminée, il écrasa le mégot.

Tu philosophes trop, je crois. Pas que ce soit un mal en soi, mais c’est pas vraiment le moment pour ça.

Tout en suivant le chanteur, le bassiste tenta encore une fois de joindre Nana. Seulement, il n’eut toujours personne à l’autre bout du fil. Tant pis, il attendit la fin de l’annonce du répondeur pour laisser un message.

Putain, Nana, tu fais chier à pas répondre ! pesta-t-il dans le combiné. Toi et Zero, vous avez intérêt à avoir une bonne raison pour traîner comme ça, sinon je vous dévisse la tête ! Surtout que c’est pas compliqué de décrocher pour le dire, si il y a pas de quoi se faire de mouron !

De simples paroles en l’air. Néanmoins, il s’inquiétait vraiment et aurait de quoi en vouloir aux deux absents, si ceux-ci n’avaient rencontré aucun problème.

Après avoir raccroché, le Sibérien rangea son téléphone dans la poche de sa veste et laissa tomber son morceau de bois avant d’attraper le casque au vol. Il regarda un bref instant la moto, se disant que s’ils trouvaient la punkette et Zero, tout le monde ne pourrait enfourcher l’engin. Puis, il se dit que Juka pourrait toujours ramener le chargé de discipline, tandis que lui-même rentrerait à pied avec son amie. Après tout, en cas de pépin, il serait à même de protéger celle-ci.

Après avoir enfilé la protection, Grigori monta derrière son interlocuteur.

Merci pour ton aide, lança-t-il à ce dernier avant de s’accrocher à lui.

Il était difficile de savoir où exactement pouvaient être la brune et le chargé de discipline. Le bleuté avait eu un indice sur au moins un lieu où ils s’étaient rendus.

De ce que j’ai pu entendre quand Nana m’a appelé tout à l’heure, ils sont allés dans un quartier animé. C’était il y a bout de temps, mais on peut peut-être commencer par là ?

Il fallait avouer que ce n’était pas l’idée du siècle car ceux qu’ils allaient chercher ne s’y trouvaient probablement plus. Malheureusement, ils ne disposaient d’aucune autre indication pour l’instant.
Spoiler:
 
.


Dernière édition par Grigori Jourovski le Ven 17 Aoû - 23:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
The Black Rose

avatar


MessageSujet: Re: Première rencontre, une nuit sombre   Ven 17 Aoû - 23:51

Le membre 'Grigori Jourovski' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'D6' : 2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hiroki Fujimoto
Admin
avatar

Masculin Emploi/loisirs : Etudiant / Chanteur

MessageSujet: Re: Première rencontre, une nuit sombre   Dim 26 Aoû - 10:32

Sans doute la réaction de Grigori était elle normal mais le chanteur ne lui avait pas tous dit sous risque de le faire paniquer et de s'attirer la foudre du directeur et de certains vampires.
Mais à vrai dire, l'argenté ce demandait comment réagirait les humains si ils étaient a découvrir la nature de la night class. Es que ces derniers les considéreraient vraiment comme des monstres qu'il fallait fuir ou au contraire auraient ils envie de les connaître ? Voilà une question qui resterait sans doute sans réponse au grand désarrois de l'adolescent. Mais une question qui le replongeait aussi dans son enfance ou ont l'avait obligé à porter un collier anti pouvoirs, comme ont obligeait un chien à obéir avec un collier électrique.
Tous en y re pensant et sans ce rendre compte, le vampire porta la main à son cou et le frotta un peu.

Juka: Le problème ce n'est pas vraiment ce que veulent les élèves de la night class mais plutôt ce que leurs familles les obliges à faire.
De mon côté, je n'ai plus vraiment d'obligation de ce genre. Mon tuteur, me laisse faire comme je le désire du moment que je respect le règlement de l'accadémie et que je me montre responsable.


Répondit le jeune homme avant d'aller vers sa moto. Puis il acquiesça de la tête au sujet de la discussion car il était certain qu'elle ne ramènerait pas l'amie de Grigori ni le chargé de discipline.

Juka: Sa me parait insensé que Nana ai pu embobiné si facilement Zero, sa ne lui ressemble pas et puis à part Yuki, il ne traine jamais avec personne.

Après avoir dit cela il écouta ce que son camarade lui racontait sur Yuki puis il hocha la tête à l'afirmative. Pensant qu'il était certain que cette dernière avaient de lourd fardeaux a porter sur ces épaules. Entre le secret de la night qu'elle connaissait et la future transformation de son ami Zero. Cela ne devait pas être facile et le vampire en était triste pour eux.

Juka: Alors en route cowboy, si je tergiverse trop.

Lança t'il avant d'enfourcher sa moto et d'attendre que le jeune homme en face de même. Puis une fois fait, il partirent en ville dans la direction indiquée par Grigori.
En arrivant sur place, le calme semblait être revenu dans le cartier mais visiblement un des bar avait été saccagé et la police était venue sur les lieus. Le périmètre étant boucler.

Juka: Hum, je me demande ce qui c'est passé ici. J'espère que les deux n'y étaient pas.

Lança t'il avant de continuer plus loin pour voir si par hasard, les deux adolescents ne ce trouvaient pas simplement a marcher pour rentrer. Mais rien, pas une trace d'eux dans le coin et si cela ce trouvaient ils n'avaient même pas été dans ce bar.

Juka: C'est un peu compliqué, au t'en chercher une aiguille dans une botte de foin. Ont ferait mieux de demander aux gens, peut-être qu'ils les auront vu ou qu'ils auront des informations sur ce qui c'est passé ici.

Dit-il en parquant sa moto pour en descendre et continuer l'ascension à pied.
Mais au détour d'une ruelle étroite, il entendit comme le rire d'une enfant puis le bruit d'un jouet qui ce mettait a pleurer. Intrigué l'argenté, prit cette ruelle puis s'arrêta au milieu de celle-là pour ramasser l'objet. Il s'agissait d'une poupée au long cheveux blond bouclé avec une robe gothique aristocrate et un maquillage tenebreux. L'un de ces yeux avait été arracher.

Ce pouvait - il qu'une enfant vampire, ce trouvait dans ce coin de la ville et y vivent avec ces parents ? Ce demanda le chanteur en cherchant des yeux si il voyait quelqu'un.
Quelque instant plus tard, le rire éclata à nouveau puis ont entendit le bruit de coups et l'enfant crier.

Ce rappelant de son passé, Hiroki resta figé sur place l'espace d'un instant. Ne sachant comment réagir face à la situation. Et puis, il n'était pas seul, Grigori était avec lui et si le vampire agissait, il risquait de mettre la vie de ce dernier en danger. Que devait-il faire ?

A nouveau des cris ce firent entendre puis des pleures de plus en plus fort.

Juka: Je vais aller voir ce qui ce passe, tu devrais continuer à chercher ton amie sur la rue principale.

Lança t'il dans l'espoir que le bleuté soit plus soucieux de la recherche entamer que des faits qui ce passaient ici sous leurs yeux.
Neanmoins, l'aristocrate ne pouvait pas rester les bras ballant devant une tel situation. Peut importait que cette enfant soit humaine ou vampire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grigori Jourovski

avatar


MessageSujet: Re: Première rencontre, une nuit sombre   Dim 2 Sep - 13:36

Je suis pas vraiment étonné, déclara Grigori. Nana est plutôt douée pour embobiner les gens quand elle veut quelque chose.

Cela ne fonctionnait peut-être pas à chaque fois, toutefois le bleuté ne le précisa pas. De toute façon, ce n’était qu’un détail.

Quelques instants plus tard, les deux jeunes hommes arrivaient dans un quartier animé de la ville. Seulement, tout ne semblait pas normal, là-bas. La police était là et on sortait un cadavre d’un bar qui avait été visiblement saccagé.

Le cœur du Russe manqua un battement à la vue du sac mortuaire et celui-ci descendit du véhicule sans prêter attention à ce que disait l’argenté. Peut-être s’agissait-il de Nana ? Cela aurait pu expliquer pourquoi la demoiselle n’avait pas décroché son portable. Ou ce pouvait être Zero ? Quoi qu’il en soit, il valait mieux se renseigner.

Alors, sans écouter la proposition de l’élève de la Night Class, sans lui dire un mot, le bassiste accourut, la peur au ventre, vers les agents qui étaient à l’œuvre. Il leur demanda sans détour des précisions sur la personne qui avait été tuée, leur expliquant que l’une de ses amies s’était sans doute trouvée dans les parages et qu’elle ne répondait plus à son téléphone, ce qui avait de quoi inquiéter. Heureusement, c’était un homme adulte qui avait perdu la vie – donc pas un adolescent en uniforme de l’académie Kurosu. Soulagé, malgré l’horreur de la situation, le Sibérien interrogea un instant les gens qu’il croisa, leur montrant une photographie de la chanteuse.

Spoiler:
 

Cela fait, Grigori rejoignit l’argenté, prêt à le suivre ailleurs. De toute façon, que Nana se soit rendue ici ou non dans la soirée, elle ne se serait pas éternisée dans le coin, puisque la police y était en ce moment. Le bleuté se demandait d’où venait cette animosité de la jeune fille à l’égard de ces individus chargés de maintenir l’ordre. Cependant, il n’y réfléchit guère en cet instant, il s’avérait plus important de les rechercher, elle et le garçon aux iris améthyste.

On peut aller voir ailleurs, déclara le Russe. Aucune chance qu’ils soient ici. Après, c’est pas impossible qu’ils soient dans le quartier.

Il suivit Juka dans les environs, mais se figea en entendant le bruit émis par un jouet, puis le rire d’un bambin. On se serait cru dans un film d’épouvante. Et si le bassiste s’était révélé impressionnable, il aurait certainement pris ses jambes à son cou. Seulement, il en fallait plus pour le pousser à fuir ; après tout, le surnaturel, il connaissait déjà à cause de son pouvoir étrange.

Il se baissa et ramassa la poupée, se demandant qui pouvait bien en acheter une à l’aspect gothique pour une gamine, et éprouvant cette curieuse sensation ; la même qu’il sentait en présence des élèves vêtus de blanc de son école. Puis, se redressant, il perçut des sons attestant d’une scène peu plaisante et remarqua l’attitude de l’autre lycéen ; peut-être était-ce dû à un passé douloureux ? En tout cas, le Sibérien ne posa pas de question au jeune homme, s’interrogeant sur tout autre chose : l’étrange aura qu’il percevait venait-elle des individus qu’il entendait en cet instant ?

En tout cas, il fallait intervenir rapidement pour aider l’enfant. Lui-même avait été brutalisé par sa mère avant l’internement de celle-ci, bien qu’elle ne l’ait jamais battu. Elle avait surtout changé de comportement, se montrant irascible et ayant fréquemment des gestes brusques ; même si elle les avait parfois giflés, sa sœur et lui, elle ne s’était jamais acharnée sur eux. Or, celui qui frappait la fillette en ce moment persistait visiblement dans sa violence.

Alors, sans écouter l’argenté, il se précipita, guidé par les cris, sans prendre le temps de vérifier si la vibration de son téléphone annonçait ou non un message de Nana ; il verrait cela plus tard. Puis, en arrivant sur les lieux, il assena un coup de pied au brutal adulte qui se trouvait là avec la gamine.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
The Black Rose

avatar


MessageSujet: Re: Première rencontre, une nuit sombre   Dim 2 Sep - 13:36

Le membre 'Grigori Jourovski' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


#1 'D6' : 6

--------------------------------

#2 'D6' : 3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hiroki Fujimoto
Admin
avatar

Masculin Emploi/loisirs : Etudiant / Chanteur

MessageSujet: Re: Première rencontre, une nuit sombre   Dim 2 Sep - 21:32

En arrivant près du bar, Juka avait commencé à parler à Grigori mais alors qu'il roulait encore et sans même prévenir, le lycéen sauta de la moto, sans écouter le chanteur.
Si Grigori aurait été un vampire, ce geste serrait passé inaperçu, hors là il s'agissait d'un humain. Ce qui eut pour effet de choqué le vampire.
Sans attendre, il alla garer sa moto puis il observa son camarade afin de voir ce que ce dernier faisait.
Visiblement, il semblait ce renseigner sur ce qui c'était passé au bar. Alors il le laissa faire et continua sa recherche dans les rues voisines.

Tendit qu'il marchait, une question le taraudait: Comment un humain pouvait il sauté d'une moto lancée à 50 km/h sans ce faire mal et surtout être impacter par la vitesse et la puissance de l'atterrissage. Cela n'étais pas cohérant vu la gravité. Cependant, si Grigori n'était pas un humain, alors pourquoi il n'avait ni l'aura d'un vampire ni celle d'un hunter ? A ces questions, aucunes réponses ne lui vient en tête mais il allait devoir en parler avec le musicien.

Quelques instant plus tard, le bleuté, le retrouva.

Juka: D'accord, alors il vaudrait mieux continuer un peu plus loin.


Lança t'il tous en continuant de marcher, jusqu'à arrivé dans la ruelle ou ce passa la scène de la poupée.
Ce qui eut pour impacte de couper le jeune vampire dans son élan de discutions sur la force hors norme dont dispose Grigori.
Puis, impacté par son vécut, il resta figé un moment, revivant des scènes de son passé et ayant l'impression de ce faire battre au fur et a mesure qu'il entendait cette fillette hurlée.
Pourtant, il le savait, rester ici n'était pas une solution et ce laisser faire non plus. Alors il ce remémora les paroles de Kamijo qui lui répétait sans arrêt que pour changer le passé, il fallait osé affronter l'avenir. Une phrase qui longtemps n'avait pas trouver de sens mais aujourd'hui, cela venait de changer.
Alors il prit son courage à deux mains et courut à la suite de Grigori.

Juka: Attends -  moi, Grigori, tu ne peu .....


Dit-il avant de voir l'humain balancé un coup de pied d'une puissance extrême en direction d'un aristocrate. Cette fois-ci il était plus que claire que son camarade cachait bien son jeux. Néanmoins l'heure n'était pas à la discussion car après une attaque pareil il était presque évident qu'une riposte aurait lieu.
Sans trop réfléchir, le chanteur couru entre les deux hommes pour attraper l'enfant dans ces bras et s'éloigner un peu avec elle. Puis il ce mit à l'observée et voyant que celle-ci semblait être blessée et affamée, il la laissa prendre un peu de son énergie.

Juka: Je ne sais pas qui vous êtes mais vous n'avez pas le droit de maltraiter une enfant de la sorte. Alors cette petite restera avec moi et croyez bien que je ne manquerais pas de faire part de votre comportement à qui de droit.

Lança t'il en fixant l'aristocrate d'un regard de glace. Si celui-ci, ce décidait à chercher la bagarre, alors qu'à cela ne tienne.

Lancé de dé:
 

Le méchant vampire, après avoir surprit par le coup porté par Grigori, recula de quelques pas puis ce tourna afin de fixer les individus qui avaient osé s'en prendre à lui.
Il fut fort étonné que l'un d'entre eu était un humain et surtout que ce fut celui qui venait de lui assigné un coup de pied.

Suzuki san: Tient donc, Juka, le célèbre chanteur ou plutôt le célèbre protéger de Kamijo sama à moins que ce ne soit celui de Kaname sama.

Lança t'il sur un ton ironique, tous en ce reculant de quelques pas, en direction d'une autre rue.
En temps normal, il aurait bien chercher la confrontation et cela le démangeait fortement surtout qu'il avait très envie de ce mesure à cet humain quelque peu surnaturel. Cependant, l'idée de ce retrouver avec potentiellement, deux sang purs au trousse, le réjouissait moins.  D'autan plus que les deux sang pur en question était de partis politique distinct, et de ce fait, il ne pourrait trouver aucun allié politique à sa cause si il éliminait ces adversaires du jour.

Suzuki san: Cette enfant ne devrait pas exister, elle n'est que le fruit d'une union damné, celle d'une humaine et d'un level e. Je ne faisais que réparer une erreur qui n'aurait pas du voir le jour. Mais si vous pensez pouvoir en faire bon usage, alors je vous la laisse.

Marmonna l'aristocrate en serrant les dents, avant de soudainement foncer sur Grigori pour le projeter à terre, puis de tenter de prendre la poudre d'escampette en passant par les toits de la ville.

Juka: C'est pas vrai....pourquoi es qu'il faut toujours qu'ils faces sa même quand il ne s'agit pas de level e ?

Balança l'argenté qui pour le coup était plus qu'énervé et qui n'avait aucunement l'intention de laisser s'échapper un tel individus.
Cependant, il devait s'occuper de l'enfant et de Grigori, enfin, si ce dernier ne ce relevait pas tous seule.
Alors, il opta pour une autre stratégie en déclenchant un cour circuit sur le téléphone portable du vampire, qui sous le coup de la surchauffe prit feu.
Les vêtements que portait l’individu, s’enflammèrent également et ce dernier en essayant de les retirer, perdit l'équilibre et chuta.

Juka: Grigori il va falloir qu'on parle tous les deux mais pour l'heure, je ne sais pas toi mais moi je n'ai pas envi de laisser ce type s'en tirer de la sorte.


Dit-il en désignant le vampire qui venait de faire une chute de plusieurs étages.


Dernière édition par Hiroki Fujimoto le Dim 2 Sep - 22:41, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
The Black Rose

avatar


MessageSujet: Re: Première rencontre, une nuit sombre   Dim 2 Sep - 21:32

Le membre 'Hiroki Fujimoto' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'D6' : 6
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grigori Jourovski

avatar


MessageSujet: Re: Première rencontre, une nuit sombre   Mer 12 Sep - 13:00

Grigori fut étonné de constater que la violence du coup avait à peine fait reculer le type. Le jeune homme n’avait pourtant pas cherché à maîtriser sa force, comme il le faisait durant les séances de karaté. D’ailleurs, lorsque son pied était entré en contact avec sa cible, le bleuté avait craint que l’escarmouche lui attire de sérieux ennuis ; il aurait pu briser quelques côtes à cette ordure et aurait alors risqué de finir en prison. Seulement, le tortionnaire de la gosse se révélait incroyablement résistant ; sans doute au moins autant que le bassiste. Comment était-ce possible ? Le Russe n’avait jamais croisé quelqu’un qui soit capable de lui tenir tête auparavant. Cela venait-il de la drôle de sensation qu’il éprouvait en présence des individus présents ?

Il ne put toutefois se poser la question outre mesure sur le moment car débuta un échange entre l’argenté et l’autre homme.

Pourquoi donner du « sama » à un musicien célèbre ? Même si c’était parce que le mec en question s’avérait également producteur, cela n’avait pas de sens. Quant à ce « Kaname-sama », s’agissait-il de Kuran ? Si c’était bien le cas, pourquoi démontrer un tel respect pour un simple lycéen ? Certes, le président de la Night Class avait grandi au sein d’une famille riche, mais la grande majorité des élèves de l’académie aussi. Quelque chose clochait dans cette histoire. Cependant, le Sibérien n’en dit rien pour l’instant. Il ne comprenait pas pourquoi l’autre type à l’étrange aura mettait les relations de Juka sur le tapis ; cela n’avait aucun intérêt à l’heure actuelle.

Il s’accroupit près de la fillette afin de lui rendre son jouet.

Désolé, elle était déjà cassée quand on l’a trouvée, dit-il.

Il tendit la poupée à l’enfant et posa la main sur l’épaule de cette dernière dans un geste compatissant. Puis, en entendant la suite du dialogue, il se redressa, les sourcils froncés.

Entre une gosse qui a rien demandé et le mec qui la tabasse, il me semble que c’est le second qui devrait pas exister ! cracha-t-il.

Il ne pipa mot au sujet du level-e pour la simple et bonne raison qu’il n’en avait jamais entendu parler auparavant et pourrait demander de quoi il s’agissait plus tard. D’ailleurs, il ne comprenait aucunement pourquoi le tortionnaire avait fait la distinction entre le père de la gamine et sa mère ; après tout, seul un humain pouvait féconder une humaine, non ? Quelque chose ne tournait pas rond et trop d’interrogations demandaient une réponse pour les énoncer pour le moment ; cela prendrait des heures.

Quant au fait de parler de la fillette comme d’une erreur de la nature, Grigori ne supportait pas de tels propos. Après tout, lui-même se révélait différent de ses proches et n’avait jamais rencontré quelqu’un qui lui ressemblait. De ce fait, il craignait depuis des années qu’on le considère aussi comme un être contre-nature, un monstre de foire, et ne pouvait que s’identifier, dans une certaine mesure, à l’enfant que l’adulte avait maltraitée plus tôt. Ainsi, comment pardonner l’acte du fumier ?

Le bleuté n’eut guère le temps d’y réfléchir, cependant, car celui lui fonça dessus et le fit tomber à la renverse à cause de la violence de l’impact ; sans compter que l’adolescent avait été pris au dépourvu, puisqu’il s’était attendu à ce que l’adversaire se contente de déguerpir. Le souffle coupé, le Russe attendit quelques secondes pour se relever. Cette enflure se révélait aussi fort que lui, si ce n’était plus ; le bassiste n’avait jamais croisé la route d’un tel bonhomme avant ce soir, du moins à sa connaissance. Heureusement, l’enfant ne s’était pas trouvée entre l’ordure et le Sibérien à ce moment-là.

Ce dernier dirigea ses prunelles vers le fuyard avec la furieuse envie de le poursuivre pour en découdre et vit les vêtements de celui-ci prendre feu. Comment cela était-il possible ? L’élève de la Day Class tourna le regard vers l’argenté et comprit que ce dernier y était pour quelque chose. L’humain venait-il d’enfin rencontrer quelqu’un qui lui ressemblait ? Lui-même ignorait s’il dégageait cette étrange impression que visiblement lui seul éprouvait au contact des étudiants vêtus de blanc ; après tout, pouvait-on sentir sa propre aura ? Pourtant, ces interrogations devraient attendre, l’instant s’avérait mal choisi pour les énoncer.

Grigori mit le tortionnaire sur le ventre et s’assit sur lui avant d’enserrer ses mains avec les siennes afin de l’empêcher de bouger.

Tu as raison, rétorqua-t-il au chanteur. Et j’ai pas non plus envie qu’il s’en tire à si bon compte.

Il aurait aimé lui rendre les coups qu’il avait assenés à la gamine et même lui faire plus mal encore. Néanmoins, faire cela devant la môme n’aurait point été une bonne idée, cela n’aurait fait que la traumatiser davantage. La colère qu’il ressentait envers ce scélérat ne s’apaiserait pas sans que celui-ci paie pour ce qu’il avait fait et projeté pour la suite. Mais une question demeurait.

On en fait quoi ? demanda le bleuté. Je doute qu’il y ait beaucoup de mecs chez les flics qui pourraient le neutraliser.

La meilleure solution pour punir cet homme sans que la demoiselle assiste à une nouvelle scène de violence restait de confier le bourreau aux autorités compétentes. Seulement, quelles pouvaient bien être ces dernières ?

Le bassiste adressa un regard et un sourire bienveillants à l’enfant.

Après, on te ramènera chez ta maman.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hiroki Fujimoto
Admin
avatar

Masculin Emploi/loisirs : Etudiant / Chanteur

MessageSujet: Re: Première rencontre, une nuit sombre   Mer 12 Sep - 20:49

Lorsque Grigori tendit la poupée cassé à la petite, cette dernière le regarda un instant sans osé la prendre. Puis timidement, elle récupéra l'objet dans ces bras et voulu toucher son bienfaiteur lorsque ce dernier posa sa main sur son épaule.
Cependant, Juka lui prit les mains rapidement et la regarda un instant.

Juka: Ne fais pas sa s'il te plait. Les humains ne sont pas fait comme nous enfin....

Dit-il sans terminé sa phrase et en dirigeant cette fois-ci son regard sur son camarade de class.
Car a vrai dire si Grigori s'en posait sur Juka, le chanteur s'en posait tous autan à son sujet. Surtout qu'il n'avait jamais entendu parler d'humains capable de tenir tête à un vampire à moins qu'ils ne soient hunters.

XiangLiang: Merci

Articula difficilement la petite avant de ce cacher derrière Juka lorsque l'autre vampire, leurs fonça dessus et de s'agripper à lui comme à une bouée de secours.

Le vampire de ce fait avait été limité dans l'utilisation de son pouvoir mais laisser échapper l'individus ne lui paraissait pas envisageable alors il avait trouver l'option du téléphone portable. Ce qui fonctionna bien mieux qu'il ne l'avait prévu à la base.
Puis Grigori fonça sur l'aristocrate pour le maintenir au sol.
Heureusement que ce dernier semblait avoir été un peu sonner par l'attaque mais il ne tarderait pas à reprendre du poile de la bête. Aussi, l'argenté ce défit de l'emprise de la gamine pour venir aider son ami à maintenant l'homme à terre.

Juka: Non la police ne peut rien faire dans ce genre de cas mais je sais qui appeler dans ce genres de cas.

Sur ce il sortit son téléphone et composa le numéro de téléphone de Sosuke.

Il devrait certainement s'expliquer sur ce qui c'était passé ce soir mais peut importe, cette enfant aurait besoin d'être en sécurité et ce mec devait finir sous les barreaux.

Juka: Grigori, tu devrais me laisser avec ce type et retourner à l'académie. Ensuite, je te rejoindrais et ont discutera tous les deux. Mais si tu restes, tu vas avoir droit à un interrogatoire et je pense que certaines personnes ne te laisserons plus tranquille vu ta force surhumaine. Et je n'ai pas vraiment envi que tu finisses en pâture alors que tu as aider cette enfant. Du moins pas t'en que sa ne serra pas ta décision et que nous n'aurons pas pu parler tous les deux pour que je t'explique pas mal de choses.

Dit-il en fixant son camarade d'un aire inquiet car il ce doutait bien que dans sa tête les questions devaient fusées et qu'il avait de quoi peter un plomb. Il aurait bien voulu faire plus en cet instant pour le rassurer mais cela lui était impossible car il fallait d'abor s'occuper de ce vampire.

Quand à l'enfant, l'argenté la garderait avec lui pour qu'elle puisse témoigner des faits devant le sénat. Ensuite, il essaierait de trouver sa mère et sans doute que Grigori l'y aiderait, ce qui leurs permettraient de parler un peu.

La petite en profita pour aller vers le bleuté et lui faire un bisous sur la joue.
Elle voulait le remercier et puis elle avait soudain peur qu'il s'en aille. Car depuis longtemps, plus personne ne c'était soucié d'elle comme cela.

En voyant la scène, Juka sentit son cœur ce serrer et il avait presque envi de pleurer mais il prit sur lui.

Juka: Ont dirait que cette petite c'est prise d'affection pour toi. Ont va faire autrement parce que mon plan n'est pas le bon. Ont va déposer ce type en paquet cadeau chez quelqu'un qui saura quoi en faire.


Sur ce il raccrocha son téléphone vu que personne n'avait répondu puis il ce leva en tirant le vampire de force avec eux.
Puis il ce mit en route pour aller en direction du bureau de Sosuke. Il déposerait le mec sur place et si le sénateur était là. il lui parlerait et dans le cas contraire, il aurait une surprise à son retour.
En plus Grigori, pourrait les attendre un peu plus loin sans que cela ne pose de problème.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grigori Jourovski

avatar


MessageSujet: Re: Première rencontre, une nuit sombre   Sam 22 Sep - 13:56

Grigori se morigéna mentalement. Entre la disparition de son amie et l’autre type qui battait une enfant, il n’avait pas vraiment prêté attention à la force qu’il avait démontrée avant qu’il ne soit trop tard. Quel idiot ! Depuis des années, il s’évertuait à garder le secret sur sa particularité et voilà qu’en à peine quelques instants celui-ci volait en éclats ! Une chance que le chanteur semble prêt à se taire sur le sujet. Néanmoins, la gamine aurait peut-être plus de mal, étant donné son jeune âge. Enfin, il y avait plus important à gérer pour le moment et le Russe n’était guère convaincu par l’idée de l’argenté.

Tu es sûr que tu pourras le neutraliser tout seul si il décide de t’attaquer ? demanda-t-il, sceptique.

Après tout, le scélérat ne s’était retrouvé à terre que parce que Juka avait utilisé son pouvoir au bon moment. Et si le tortionnaire avait été en position de combat, les choses ne se seraient probablement pas passées ainsi. Le bleuté ignorait le niveau exact des deux autres et si tous deux étaient de puissance égale, ou presque, le fumier réussirait possiblement à s’enfuir en blessant l’élève de la Night Class au passage ; et peut-être aussi l’enfant.

Quant aux questions que le Sibérien se posait, dire qu’elles étaient nombreuses aurait été un euphémisme. Il repensait à ce que l’autre musicien avait déclaré et qui sous-entendait que la fillette et lui n’étaient pas humains, contrairement au bassiste. Donc, ce dernier ne venait aucunement de rencontrer quelqu’un comme lui, même si quelques similarités existaient bel et bien entre eux. Pourtant, Grigori devrait attendre avant de pouvoir énoncer les interrogations qui se bousculaient dans sa tête car en premier lieu, il fallait remettre l’enflure aux autorités capables de se charger de lui.

Seulement, comment faire cela, tout en s’arrangeant pour que le Russe ne subisse pas d’interrogatoire à propos de ses capacités hors norme et ne devienne pas un monstre de foire ? Le chanteur avait visiblement raison sur ce point, puisque même si lui, l’humain et la gamine n’en pipaient mot, l’agresseur risquait de parler et ne se priverait certainement pas de le faire. Ainsi, il valait mieux que le Sibérien ne les accompagne pas à l’institution. De même, celui-ci voyait une faille dans le second plan qu’exposa l’argenté.

Sauf que si on se contente de laisser le paquet devant la porte, il y aura pas de preuve de ce que ce fumier a fait, fit remarquer le bassiste. Même si on écrit une lettre en expliquant le truc, les autorités vont croire que c’est des bobards et ce connard aura juste à déclarer qu’on s’en est pris à lui sans raison valable. Et là, c’est nous qui aurons des problèmes, pendant que lui s’en tirera facilement.

Or, si les choses se passaient ainsi, le scélérat risquait de s’attaquer de nouveau à l’enfant. Ils devaient donc trouver une autre solution. L’humain réfléchit donc un instant avant de reprendre la parole.

Sinon, quelqu’un d’autre pourrait amener cette ordure là où tu comptes aller et accompagner la miss pour témoigner ? suggéra-t-il. Si tu connais une personne de confiance qui pourrait gérer ce mec tout seul, on pourrait peut-être même discuter pendant ce temps ? Ou sinon, juste une personne en qui tu as confiance et qui serait susceptible de t’aider à le neutraliser pendant que je vous attends ?

Tandis qu’ils marchaient, il demanda son prénom à la fillette et lui indiqua le sien.

Tu veux bien ne pas dire que j’étais là, s’il te plaît ? lui demanda-t-il. Ça sera notre secret.

Maintenant, il restait tout de même à espérer que le chanteur connaissait bien quelqu’un qui pourrait les aider à amener la gamine et son tortionnaire devant les autorités. Et il fallait aussi que l’enfant accepte de se fier également à cette personne, ce qui ne serait peut-être pas gagné. Et puis, même si elle acquiesçait, qui pouvait prédire si on accorderait plus de crédit à sa parole qu’à celle de l’ordure ? Ainsi, ce plan comportait également une faille. Toutefois, il s’agissait là de la seule solution pour que le bleuté ne s’attire pas d’ennui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hiroki Fujimoto
Admin
avatar

Masculin Emploi/loisirs : Etudiant / Chanteur

MessageSujet: Re: Première rencontre, une nuit sombre   Jeu 27 Sep - 21:45

Le chanteur réfléchi quelques instant avant de répondre à Grigori car il devait avouer qu'il ne connaissait pas le niveau exacte de ce vampire. Néanmoins ce dernier était blessé, ce qui n'était pas son cas donc il avait un avantage. Mais il avait donner un peu de son énergie à l'enfant... enfin au pire, il pourrait toujours utiliser son pouvoir même si cette idée ne lui plaisait pas du tous.

Juka: Oui, je suis en mesure de le maitriser mais je n'ai pas envie d'en arriver là, parce que dans ce cas il y aura un mort.

Lança t'il en fixant l'autre vampire, histoire de lui faire comprendre qu'il ne plaisantait pas et que si ce dernier voulait la jouer de travers, il s'en mordrait les doigts.

Vampire: Tien, un jeune aristocrate qui ce prend pour un dieu. Pas étonnant avec tes fréquentations mais je me demande de quoi tu es réellement capable, une fois seul.

Juka: Tu n'auras pas l'occasion de le savoir. Ont va faire comme Griogori l'a dit. Je n'ai pas envi que sa parte en vrille. Et si tu l'ouvre t'en pis parce que tu serras quand même juger pour ce que tu as fait ce soir.


Puis il reporta son attention sur l'humain.

Juka: Je sais qui appeler et crois moi sa calmera notre énergumène vu qu'il veut jouer au cons.


Puis il appela Kamijo et attendit quelques sonneries avant d'enfin entendre la voie de son mentor.
Avant de lui parler, il ce racla un peu la gorge, ne sachant pas vraiment comment lui expliquer la situation sans évoquer le pouvoir de Grigori.

Kamijo: Hiroki ? Qu'es qui ce passe ?

Juka: Rien, rien ça va, enfin... pas vraiment pour être franc. Comment, dire, je crois que j'ai utilisé mon pouvoir sur un aristocrate.

Le blond fronça les sourcilles et ce dit que quelque chose ne tournait pas rond. Il n'était pas du genre de Juka de faire ce genre de bêtises, il était bien trop sage pour sa.

Kamijo: Raconte moi

Juka: Enfaite, je suis retourner en ville parce qu'il manquait une fille de la day class et un des chargés de discipline. Et sur place, ce type a frapper une enfant donc je suis intervenu et sa à un peu déraper.

Kamijo: Je vais te rejoindre. Envoi moi ta localisation gps.

Juka: D'accord mais il faudrait emmener ce type au sénat et puis hum... je ne suis pas seul enfaite...il y a un élève de l'académie.

Kamijo: Dit moi que c'est un vampire et pas un humain

Juka: Hum... c'est un peu compliqué enfaite.. mais tu verras toi même. S'il te plait ne fait pas de crise, tu vas lui faire peur si non.

Kamijo: Si il te supporte, il n'aura pas peur de moi...enfin Hiroki...je ne vais pas le manger. J'ai déjà assez à faire avec toi en ce moment. Ah... décidément... comme si j'aimais allez au sénat en plus. Je vais encore me prendre la tête avec ces pacifistes. Si on été encore à mon époque, ont tuerait ce mec et problème régler. Des fois sa serrais plus facile. Bref, je viens.

Dit il en raccrochant et en ce mettant en route, une fois que les coordonnées du jeune aristocrate furent arrivées.

Juka: Bon, il va venir mais je crois qu'il est fâcher après moi. Enfin...bon, lui au moins il saura quoi faire même si il va râler. J'espère juste qu'il n'en parlera pas à Kaname.
Et s'il te plait ne t'énerve pas si il te fait son numéro de donjuan. De toute façon, je m'occuperais de lui comme sa il te laissera tranquille.


Dit-il en espérant que les choses ce passent le mieux possible et surtout que Grigori n'es pas un interrogatoire à subir mais vu la situation, il n'y avait pas le choix alors bon.

Pendant ce temps, la petite fille regarda Grigori en acquiescent de la tête puis elle lui attrapa la main et le fixa un peu avec curiosité.

Fille: Mais tu es quoi, toi ? J'ai jamais vu des gens comme toi ? Es que tu es un prince comme celui de Barbie ? Ou alors un super héro qui sauve les petites filles ? Sa existe ?

Demanda t'elle curieuse et un peu rêveuse à la fois car finalement lui et Juka étaient ces sauveurs et elle leurs en était reconnaissante.

Et en attendant que Kamijo ne les rejoigne, Juka attacha le vampire comme il pu et le bâillonna car ce dernier l'énervait. Si il n'était pas d'accord avec Kamijo sur certaines de ces idées, concernant le sort de ce vampire, il devait avouer que l'envie d'en finir le titillait aussi. Non pas qu'il pense que tuer était une punition appropriée mais simplement parce qu'il ce disait qu'ainsi ce type ne pourrais plus jamais commencer ce genre d'actes abjectes.

Cependant, le jeune aristocrate fut bientôt sortit de ses pensées, lorsqu'une voiture de sport ce gara dans la ruelle et que la chevelure or de son mentor apparut.
Ce dernier était vêtu tous de noir et portait un manteau a capuche ainsi qu'une paire de lunette de soleil. Puis il s'avança tranquillement à leurs encontre, fixant un instant son attention sur Grigori avant de lancer un regard noir à l'aristocrate qui avait osé déranger ces plans du soir en s'en prenant à son neveu.

Juka: Kamijo, je te présente Griogori. Grigori voici Kamijo sama, c'est mon mentor et mon tuteur, enfin entre autre.

Puis il alla prendre le vampire dans ces bras, rassuré de le voir car la situation, le faisait un peu flippé. Et il lui glissa un 'Je suis désolé' à l'oreille avant de l'embrasser rapidement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oscar Yuuji De Jarjayes
Admin
avatar


MessageSujet: Re: Première rencontre, une nuit sombre   Sam 27 Oct - 14:32

Plonger dans sa recherche de nouveaux groupes musicaux à produire avec son label, Kamijo n'entendit pas tous de suite son téléphone sonner.
Puis il soupira un instant avant de décrocher, ce demandant ce que Juka voulait.
Mais très vite, il comprit que cette appel n'était pas un caprice mais que le jeune aristocrate semblait s'être fourrer dans un problème.
La conversation qu'il eut avec ce dernier ne fit que de renforcer sa conviction et tendit qu'il l'écoutait lui raconter, il ferma son ordinateur et rangea ces dossiers.
Le travail attendrais car il allait devoir régler la situation et au plus vite. Voilà que les aristocrates semblaient décidés à vouloir jouer au cons et bien qu'à cela ne tienne, il allait remettre ce mec en place.
Quelques peu énervé parce les événements, Kamijo coupa court en disant à Juka qu'il allait venir pour régler le problème.
Puis il rangea son téléphone et alla prévenir le staff qu'il avait terminé son travail pour aujourd'hui.
Suite de quoi il descendit au garage pour récupérer sa voiture de sport et ce rendre au lieu de rendez-vous.

Après plusieurs minutes de route, il finit par arriver sur les lieus .
Sur place il remarqua la fillette qui semblait apeurée et non loin ce trouvait un jeune homme de l'académie.
Pourtant ce dernier ne ressemblait pas aux humains que le sang pur avait l'habitude de côtoyer. Malgré une situation qui aurait du l'affoler, il semblait garder son calme et la posture qu'il avait semblait indiquer qu'il était près à en découdre si la situation l'exigeais. Pourtant ce garçon n'avait rien d'un hunter non plus. Soit il était fou, soit il y avait anguille sous roche.
Restait-il à savoir si Juka l'avait remarqué ou si oui de quoi il était exactement au courant.

Lorsque, Juka fit les présentations, le blond préféra ne faire semblant de rien car l'aristocrate n'avait pas à être au courant de cela sans quoi les ennuis s'accumuleraient.

Kamijo: Bonsoir, je suis le mentor de Juka


Dit-il simplement sans donner plus d'explications mais ce fut sans compter sur l'argenté qui s'empressa de venir l'embrasser. C'était à ce demander si il arrivait à Juka de réfléchir.

Kamijo: Et accessoirement son boyfriend.

Dit-il à l'anglaise, trouvant le terme plus cool et surtout moins formel qu'en japonais.

Kamijo: Et maintenant si vous me donniez votre version des faits pour que je puisse comprendre ce qui ce passe exactement ?

Demanda t'il en s'adressant à la petite fille et à Grigori cette fois-ci car il voulait avoir leurs visions des choses.
Et aussi ce rendre compte par lui même jusqu'à quel points l'humains avaient compris ce qui c'était tramer jusqu'ici.

La petite fille fixa un instant Kamijo puis vient ce coller contre lui, essayant de prendre son énergie mais ce dernier ne laissa pas faire.

Kamijo: Désolé ma belle mais si tu veux te nourrir il va d'abor falloir me parler. Tu viens d'ou exactement ?

Lança t'il en s'accroupissant face à elle et en la fixant dans les yeux avant de lui prendre la main puis de lire dans son esprit pour comprendre exactement ce qui c'était passé et surtout ce qu'une enfant de cet âge n'était pas capable de raconter de vive voix.
En voyant les images, le vampire grimaça vivement et sentait la colère monter en lui. Ce sale type n'avait pas seulement frapper cet enfant....ce qu'il avait fait était bien pire que cela....
Le sang pur du ce battre contre lui même pour ne pas éliminer cette vermine immédiatement.

Kamijo: Et toi Grigori qu'es que tu as vu exactement par rapport à ce type ?

Demanda t'il en enchainant afin d'avoir toutes les informations possibles puis tendit qu'il écoutait Grigori, il ce mit à prendre des photos des lieus puis à ramasser tous ce qui pouvait être utile pour une soit disant enquête. Vu que comme à son habitude le sénat allait tergiverser avant de faire son travail, si ils ce décidaient à le faire.

Kamijo: J'ai une autre question.

Lança t'il de but en blanc en ce rapprochant à nouveau de l'humain pour venir lui murmurer à l'oreille.

Kamijo: Comment ce fait il que tu ne soit pas effrayer par nous ? Il va falloir que tu me l'explique.

Puis il ce recula et fixa Juka un instant, l'aire de lui dire: Toi et moi, ont va parler après.

Kamijo: Avant toute chose ont va embarquer ce type et le conduire au sénat. Enfin, je le conduirais au sénat. Vous vous allez chez moi et vous m'attendez pour qu'ont parle sérieusement.

sur ce il alla attraper l'aristocrate par le bras et le força à ce lever pour le mettre dans la voiture. Puis il lança ces clefs de voitures à Juka.

Juka les rattrapa puis il installa la petite à l'arrière avec Kamijo et le salle type et ce mit au volant.

Juka: Ok, je te conduit au sénat et ensuite ont rentre mais j'aurais besoin d'un mot pour le directeur.

Kamijo: Je sais mais tu serras surement obligé de répondre aux questions du sénat demain donc le directeur et Kaname seront informés.

Juka: Et pour Grigori ?

Kamijo: Grigori ? Quel Grigori ?

Lança t'il avant de faire signe à l'aristocrate de démarrer une fois que tous le monde était installer dans le véhicule.

Une fois arriver devant le sénat, Kamijo descendit de voiture et embarqua le type et la fillette à l'intérieur. Laissant les garçons rentrer au manoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Première rencontre, une nuit sombre   

Revenir en haut Aller en bas
 
Première rencontre, une nuit sombre
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [0262] Yoru Kuraï, une nuit sombre [FINI] [NOCTALI]
» Par une nuit sombre [Killik]
» une ombre dans la nuit sombre (margareth)
» Une nuit aussi sombre que le charbon ¬¬
» La nuit du renouveau.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vampire Knight : The Curse :: Jeu de rôle :: Academie Cross :: Les jardins-
Sauter vers: